La petite voix

albapalasciajpg1

Vous avez souvent entendu cette petite voix en vous qui vous dit : «Arrête de lambiner, avance sur ce que tu as à faire »  ou  «Réfléchis avant de prendre cette décision, es-tu sûr d’en avoir envie ?», ou encore «Fonce, c’est le moment, n’hésite pas». Cette voix qui exprime profondément notre ressenti et notre intuition.

Je suis retombée sur un passage du livre Vouloir Guérir, page 42. La psychothérapeute et chercheuse Anne Ancelin-Schüstzenberger y conseille de se choisir un « guide intérieur » qui peut être un ou une aïeul (e), un ange gardien, un saint patron, un ancien médecin de famille etc, – le choix est large – et d’aborder avec lui les problèmes qui nous tracassent. J’ai pensé que ce guide intérieur pourrait aussi être notre petite voix, celle qui nous accorde avec notre profonde intuition.

Hier en marchant dans la rue, j’ai songé à nouveau à cette petite voix. Une journée vraiment grise entre pluie et froid, un samedi passé à faire le ménage, le repassage (une corvée pour moi) et les courses. Plutôt chargée, j’avançais renfrognée quand j’ai pensé à mon amie Anne, trop tôt disparue. Une amie lumineuse que je n’ai pu évoquer sans avoir du brouillard dans les yeux.

– « Anne lui ai-je demandé, peux-tu dynamiser ma petite voix ? »

– « Volontiers, m’a-t-elle aussitôt répondu, si tu arrêtes de bouder et que tu penses à la chance que tu as d’avoir ta famille près de toi. Et puis concentre-toi sur l’essentiel, ton travail, tes dossiers. Il y a un souci qui te prend beaucoup trop d’énergie, consacre-lui moins de temps, tu seras moins anxieuse ». Je me suis redressée et d’un coup plus légère, j’ai hâté le pas pour terminer ces courses et rentrer.

Dans la cuisine, je me suis souvenue qu’on peut prendre du plaisir à ranger soigneusement ce qu’on a choisi d’acheter, les légumes dans leur grand bac, les œufs dans leur petit logement, les céréales dans les bocaux.

J’ai été contempler mon travail de ce samedi matin. Je me suis félicitée pour mes voilages beaucoup plus blancs et repassés de frais. Puis, je suis retournée à la cuisine me faire une tasse de thé avec un morceau de baguette de campagne. « Profite, me disait ma petite voix. Prend ton temps. Sens comme le pain est encore tiède et le thé parfumé». Après cette pause, je me suis mise avec plaisir à vous écrire !…

Et vous, laissez-vous votre cerveau branché sur « Radio J’angoisse » qui vous passe en boucle toujours les mêmes motifs d’anxiété. Ou écoutez-vous votre petite voix ? Avez-vous un guide intérieur ? Et pensez-vous à lui faire de la place pour avancer au quotidien, fortifier vos projets et faire de chaque journée qui passe une grande aventure, grande par l’élan, la lumière que l’on y met ! Dites-moi…

Photo Elio Paiano: Il Faro di Punta Palascia, dit aussi di Capo d’Otranto, Italie du sud.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s