Nos potentiels en héritage

« J’ai peur de rentrer à la maison, de me retrouver  face à nos enfants » me  confiait  cette femme qui avait subi une lourde opération. « Ils savent bien sûr ce qui m’arrive. Mais tout en leur parlant, nous avons essayé de les protéger, même si ce ne sont plus des petits ».

Et si les épreuves  étaient l’occasion d’inscrire chez nos  enfants l’idée que l’on possède toujours des forces face à l’adversité. Que les tempêtes que nous traversons nous amènent à défricher de nouveaux potentiels physiques, imaginatifs, émotionnels…  Pour qu’ainsi, le jour où ils seront à leur tour confrontés  à de grandes épreuves, ils aient appris de nous à puiser dans ces ressources d’optimisme et d’imagination.

En leur cachant nos soucis, qu’il s’agisse d’une maladie grave ou d’un gros problème professionnel,  d’un souci familial, nous ne les aidons pas. Nous ne leur enseignons rien de la vie et nous faisons peser sur eux l’angoisse qu’ils décèlent inconsciemment en nous. Mieux vaut dire : » Je suis malade, je suis parfois découragé(e) mais je suis bien soigné(e) et je vais m’en sortir », ou « J’ai perdu mon travail, je traverse, c’est vrai, une mauvaise passe,  mais j’ai confiance et je vais rebondir. Parler vrai,  reconnaître ses doutes, se concentrer sur ses ressources et ses talents, permet d’ouvrir de nouvelles fenêtres. Et cette confiance qui peut guérir nos vies soigne d’abord nos enfants.

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s